samedi 24 septembre 2016

Dieu est-il une réalité?

Dieu n'est une réalité que si je constate son existence. 

Si je ne constate pas la réalité de Dieu, je suis dans l’imaginaire, dans le supposé, le théorique, le chimérique. C’est pour cela que les religions ne s’entendent pas entre elles, que les chrétiens ne sont pas d’accord entre confessions et que les sectes prolifèrent.
Chacune annonce sa propre théologie, sa propre théorie sur Dieu et pour clore tout débat dit que Dieu ne peut pas être compris. Aucune ne montre ou démontre la réalité de Dieu.[1]

Si Dieu existe il doit être compréhensible, accessible, saisissable, sinon il ne peut être que supposé.

mercredi 24 août 2016

Vous, vous êtes la lumière de l’univers


Vous, vous êtes le sel de la terre.
Mais si le sel devient fou, avec quoi le saler ?
Il n’est plus assez fort pour rien,
sinon pour être jeté dehors et piétiné par les hommes. 
Vous, vous êtes la lumière de l’univers;
une ville située sur une montagne ne peut être cachée.
Personne ne fait brûler une lampe en la mettant sous le boisseau,
mais sur le lampadaire où elle resplendit pour tous dans la maison.
Ainsi, que votre lumière resplendisse en face des hommes;
ils verront que vos œuvres sont belles,
et ils glorifieront votre père des ciels.
Ne pensez pas que je suis venu détruire la Thora ou les inspirés.
Je suis venu, non pas détruire mais accomplir.
Mathieu 5, 13

Le disciple de Jésus doit être sel !

Vous, vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fou, avec quoi le saler ?
Il n’est plus assez fort pour rien,
sinon pour être jeté dehors et piétiné par les hommes.
Jésus s’adressait aux Juifs, il s’adresse à plus forte raison aux chrétiens d’aujourd’hui. Le sel donne aux aliments une saveur plus agréable, il leur enlève de la fadeur. Être le sel, c’est donner du goût à la vie. Le disciple de Jésus doit être celui qui donne le piquant subtil à la vie. Mais si le disciple de Jésus s’affole, s’il ne met pas en pratique le message de Jésus, qui va le faire ?

Peut-on se nourrir de ce qui est fade et sans sel ? [1]

Qui me voit voit le Père

Le mot « voir » est un des mots le plus utilisé dans le Nouveau Testament. Un ami, Michel, me parlait de Dieu. Il disait qu'il avait une relation avec Dieu, en direct. En l'écoutant parler je me suis dit que le Dieu dont il parlait était un Dieu correspondant à la fois son imaginaire et à sa propre réalité. C'est d'ailleurs ce que nous avons tendance à faire et c'est ce qu'a fait saint Paul qui a beaucoup influencé l'Eglise d'aujourd'hui. Paul a fait de l’enseignement de Jésus un enseignement théologique alors que l’enseignement de Jésus était avant tout concret et pratique.

Pour chacun la question à se poser est celle-ci : Quel est le Dieu à qui je parle, quel est le Dieu que je vois en esprit?

  • Pour certains Dieu est une énergie, une force, le grand ordonnateur, un esprit etc.
  • Pour certains Dieu est indéterminé. Pour certains Dieu est une Trinité, pour d'autres une triade.
  • Pour  beaucoup leur dieu, c'est eux-mêmes en plus puissant.
Jésus est très clair, Jésus ne parle pas de Dieu, Jésus dit « qui me voit voit le Père » Jésus parle de Père. Le père chez les juifs est à la fois le patriarche et celui qui donne la vie. Les juifs appelaient Père, celui qui détient à la fois l’autorité et la connaissance.

jeudi 28 janvier 2016

Dieu s'en moque!

Marie-Josée est issue de la famille à qui a appartenu le célèbre Restaurant Madrid pendant 24 ans. Entourée de dinosaures et de camions monstres, la jeune femme évolue dans le monde de la restauration et du divertissement. Ses études en administration et en communication la disposent à prendre la relève du commerce familial.

Mais elle se passionne pour un univers très différent : la spiritualité. Dès l'adolescence, elle se questionne sur l'existence de Dieu, l'au-delà et le sens de sa vie. À 22 ans, elle fait une retraite fermée de cinq jours où une expérience spirituelle la bouleverse. Ressentant l'appel de la vocation religieuse, elle quitte tout pour entrer au couvent, où elle demeurera pendant six ans.

jeudi 24 décembre 2015

Naissance du divin enfant

Il est né le divin enfant

Il est né le divin enfant!

Suis-je conscient de ce que signifie cette phrase ?
S’agit-il de Jésus né il y a plus de 2000 ans ou bien d’une naissance qui a lieu encore aujourd’hui ? 
Assister à la messe, prier, suivre des cours bibliques, aider les pauvres, évangéliser, sans que le Christ soit né en moi, à quoi cela sert-il ?
A devenir plus humain ? C’est déjà bien, il faut continuer !

Mais penses–tu que c’est seulement cela que signifie la naissance du « divin enfant » ?
La naissance de Jésus peut être une belle histoire qui a émerveillé mon enfance. Je peux dire « Je crois en Dieu », mais si je suis toujours prisonnier, entravé, blessé, malade, « le divin enfant » n’est pas né en moi, je ne suis pas délivré, je ne suis pas libre.

Cet enfant dont le nom « Jésus » signifie « Dieu libère » est-il né en moi ? Suis-je libéré ?